• Le Royaume des Moutiks

[ JEU DE SOCIÉTÉ ] Strascendance

Mis à jour : mars 26



Un soir de vacances, en vagabondant sur la toile Instagram, je tombe sur un post dont le visuel ne me laisse pas de marbre. Je pousse un peu les recherches, vais voir de quoi parle le jeu et me dis "Mais ! Je connais cette histoire !". Souvent relatée dans des podcasts (je vous mets un lien à la fin de l'article), elle est tout simplement géniale ! Puis, en farfouillant sur le site Disto Studio, je tombe sur leur vidéo de présentation (qu'il faut absolument que vous voyez, elle est tellement bien faite) et je tombe sous le charme de ce jeu au graphisme atypique et à la dynamique originale. Un plateau entièrement en noir et blanc, des pions colorés pour contraster et un nom qui donne envie de creuser davantage les recherches : « Strascendance ».


Dès le lendemain, j'en parle à Mélanie et devinez quoi ? Elle tombe immédiatement sous le charme elle aussi. Ni une ni deux, nous avons envoyé un message aux créateurs du jeu pour savoir s'ils seraient partants pour que nous mettions à l'épreuve leur joli bébé et le hasard a voulu que la date de sortie étant toute proche, ils ont accepté de nous en faire parvenir un exemplaire. Une fois le colis reçu, nous n'avions pas de temps à perdre et avons rapidement planifié une session de jeu pour le découvrir plus en détails. Alors, êtes-vous prêts vous aussi à embarquer dans un jeu de table mêlant stratégie, conquête de territoires et sournoiserie ?



DESCRIPTION DU JEU


Tout d'abord, pour vous mettre dans l'ambiance, voici l'histoire derrière le jeu :

En juillet 1518, un mal étrange se répandit dans la ville de Strasbourg : une épidémie de danse. Plusieurs dizaines de personnes se mirent à danser sans aucune raison, alors incapables de s’arrêter. Les danseurs fous se sont agités dans les rues de la ville pendant un mois et finalement, le mal disparu tout aussi mystérieusement qu’il est apparu. « Strascendance » met en scène, 500 ans plus tard, le retour de la fièvre dansante à Strasbourg. Le jeu est édité par une jeune maison d’édition strasbourgeoise du nom de Disto Studio, fondée par Maria Paloma Sanchez et Luc Anuszewski.



DISTO STUDIO


Disto Studio est une maison d’édition strasbourgeoise de jeux de société indépendants. Son but est de proposer des jeux distordus, insolites et innovants, esthétiquement différents du paysage ludique actuel. « Strascendance » est un projet singulier, créé et illustré par leurs soins. En voulant faire revivre l’une des épidémies les plus étranges de l’histoire, ils ont développé un univers graphique principalement en noir et blanc, faisant référence aux gravures de la renaissance, notamment celles de la danse macabre.

Le jeu a fait l'objet d'une campagne de financement participatif sur le site Ulule qui a été un énorme succès avec une cagnotte à 250% de l'objectif final.

Maintenant que l'introduction est lancée, êtes-vous prêt à entrer dans la danse et découvrir la chorégraphie de ce super jeu ?


Lorsque vous ouvrez la boîte, voici ce que vous découvrez :

- Un superbe plateau de jeu

- 36 cartes lieux

- 42 cartes évènements

- 5 cartes aides de jeu

- 6 cartes trouble-fête

- 4 dés : 2 dés rouges épidémie, 1 dé blanc, 1 dé noir

- 10 pions cohue

- 70 jetons danseurs (recto) / rabat-joie (verso)

- 60 pions joueurs (10 de chaque couleur)

- 6 jetons quarantaine

- 1 pion accalmie.



Chaque joueur incarne un trouble-fête qui devra défendre les lieux qu'il contrôle face à l'épidémie de danse qui envahit la ville. Certains lieux seront amenés à succomber face à elle, ce qui alimentera le compteur d'hystérie. La partie s'arrête lorsque les joueurs arrivent à la fin du compteur, le vainqueur sera alors le joueur le moins touché par l'épidémie.



Nous vous parlons du jeu sur une configuration de jeu à deux joueurs, puisque c'est pour le moment la seule que nous ayons testée. Le nombre de cartes distribuées sera différent selon le nombre de joueurs, mais tout est très bien indiqué dans la règle.


Pour débuter, choisissez votre trouble-fête. Chaque trouble-fête réalisera des actions différentes. Elles sont retranscrites au verso de la carte. Prenez ensuite les 10 pions correspondants à votre trouble-fête, ainsi que le jeton quarantaine de sa couleur associée. Chaque joueur prend également 15 cartes lieux, en choisit 10 et défausse les autres. Il prend 5 rabats-joie qu'il place selon ses envies sur ses cartes lieux. Il ne reste plus qu'à placer ses 10 pions joueurs sur le plateau en fonction des cartes lieu face à lui.



Le premier joueur tire 3 cartes lieux qui lui diront où placer les 3 premiers pions cohue sur le plateau, puis il défausse les cartes en question. Il refait de même pour le pion accalmie en piochant une carte, puis en la défaussant une fois le pion placé sur le plateau.


Chaque joueur a 4 actions à réaliser (ou moins s'il le souhaite) lors de son tour :

- Lancer les 4 dés simultanément : On commence par décrypter les dés rouges qui activent les pions cohue. Si les dés indiquent par exemple 4 et 2, les pions placés sur des lieux dont le chiffre est 2 et 4 vont s'activer, c''est à dire que si un jeton joueur est connecté via une route à ce pion, il est contaminé par l'hystérie et hérite donc d'un pion danseur (rouge) sur sa carte lieu. Une fois que les 3 cases d'une carte lieu sont remplies de danseurs (rouges), le lieu est perdu et le jeton joueur est placé sur le compteur d'hystérie. Une fois activé, le jeton cohue est retiré du plateau.

- Si aucun pion cohue n'est activé, il vous faudra tirer une carte évènement. Ces cartes sont variées de même que leurs effets. Certaines se jouent immédiatement, d'autres se gardent. Au même titre que certaines vous sont bénéfiques, d'autres pas du tout. Elles peuvent également vous concerner directement, concerner votre adversaire, ou vous concerner tous les deux.



- Choisir d'effectuer l'action du dé noir ou celle du dé blanc : c'est vous qui choisissez. Le dé blanc vous aidera, le dé noir pénalisera votre adversaire. Référez-vous au verso de votre carte trouble-fête pour savoir quelle action vous pouvez réaliser avec le score de votre dé. Evidemment, plus le chiffre est important et plus l'action est intéressante. Vous n'êtes pas obligé de réaliser cette action si rien ne vous inspire.



- Ajoutez sur le plateau autant de pions cohue que le chiffre indiqué sur le compteur d'hystérie : Chaque pion cohue doit être posé sur une case libre d'un lieu de votre choix sur le plateau. C'est ici que le pion accalmie entre en jeu. Les pions cohue ne peuvent pas être disposés sur une case qui a le même chiffre que celui sur lequel est placé le pion accalmie. Par exemple, si le pion accalmie est en B5 et que le G5 est libre, vous ne pourrez pas poser de pion cohue dessus. Vous devrez trouver une autre case libre.


Maintenant, c'est au tour de votre adversaire.


Lorsqu'un pion joueur est posé sur la dernière case du compteur d'hystérie, la partie se termine instantanément, même si un joueur n'a pas fini son tour.



Chaque joueur compte le nombre d'emplacements vides restants sur ses cartes lieux. S'il vous reste des rabats-joie (face blanche) cela équivaut à 2 points. C'est celui qui a le plus de points qui remporte la partie. En cas d'égalité, c'est celui qui possède le plus de cartes lieux qui gagne. S'il y a toujours égalité, les joueurs sont vainqueurs ex aequo.


Un joueur peut être éliminé, et donc perdre la partie à 2 joueurs, s'il perd toutes ses cartes lieux. S'il y a plus de joueurs, il devra défausser sa carte trouble-fête, en choisir une autre et recommencer avec des pénalités. Il aura le droit de posséder autant de cartes lieux que le joueur qui en possède le moins et en plus, elles auront toutes 2 danseurs posés d'office sur chacune d'entre elles.


Je vous parle rapidement des jetons quarantaine, qui selon les déplacements faits par rapport au dé noir ou blanc vont bloquer sur place un pion joueur qui ne pourra pas se déplacer tant qu'il se trouvera dessus.



Pour plus de défi, un mode mise en place avancée est aussi disponible.



POUR QUI ?


« Strascendance » se joue de 2 à 5 joueurs pour des parties d’environs 60 minutes et il est accessible à partir de 14 ans.

Le jeu est disponible sur le site Disto Studio aux prix de 39,50 euros, ou 35,90 euros chez Philibert.



LES PETITS PLUS


Nous sommes conquises par le concept : Un peu de chance et beaucoup de stratégie, une charte graphique pleine de noirceur qui a le don d'intriguer... On ressent dès l'ouverture de la boîte que le sujet du jeu a passionné ses créateurs. Le design épuré est unique : sobre et volontairement minimaliste, l’univers visuel du jeu retient l'attention car il ne ressemble à aucun autre que nous ayons pu voir auparavant.


De plus, la règle du jeu est très complète et bien illustrée. Il y a réponse à toutes les petites questions que l'on pourrait se poser au cours de la partie. Et surtout, la prise en mains du jeu est quasi instantanée une fois lancés. Il est accessible à tous et ravira plus d'un joueur. Les tours de jeu sont fluides et s'enchaînent rapidement.



Autre point positif, dans « Strascendance », la réflexion est de mise. Il vous faudra réfléchir à toutes les connexions possibles afin de ne pas vous faire contaminer, mais surtout, contaminer le plus possible votre adversaire. Jusqu'à la fin, il est très compliqué de savoir qui va gagner car la situation peut très vite changer.


C'est un jeu qu'on a envie de sortir et de faire découvrir à nos amis, déjà car c'est un OVNI esthétique. Il est beau et pourtant, il ne déborde pas de couleurs comme d'autres jeux, et c'est ce qui fait son charme ! Un véritable univers rien qu'à lui qui a un vrai ADN !



LES PETITS MOINS


J'aurais aussi aimé avoir plus l'occasion de piocher des cartes événements qui apportent beaucoup de dynamisme et de renversement dans le jeu. Et, juste un mini détail, le plateau de jeu a un peu de mal à s'aplanir une fois déplié.



L'AVIS DES MAMANS MOUTIKS


« Strascendance » est un jeu complet, ludique, intelligent et subtil. On prend plaisir à observer le graphisme minutieux, et surtout, à faire preuve d’un machiavélisme manifeste pour faire tomber nos concurrents. C'est une très belle surprise dont on ne se lassera pas avant longtemps. Vivement nos prochaines sessions de jeu ! Et si jamais des joueurs souhaitent nous accompagner sur des parties, nous sommes partantes ! Il doit être encore plus dément joué à plus de deux !


Disto Studio prépare actuellement une campagne Kickstarter sur un tout nouveau jeu «EPHIOS», dont les illustrations attirent autant l'œil que « Strascendance » (et elles sont bien plus colorées) et qui match une fois de plus avec un univers propre à lui-même qui intrigue et qui ne demande qu'à être découvert avec envie. Et si le jeu est aussi bien que celui-ci (ce dont nous ne doutons pas), nous n'avons qu'une seule chose à dire, courrez soutenir ce projet !



Je vous conseille également d'aller vous renseigner sur cette étrange histoire d'épidémie de danse de 1518 à Strasbourg qui est très intéressante et qui reste encore de nos jours un véritable mystère. Voice un lien vers un article qui récapitule l'histoire :

https://www.rue89strasbourg.com/strasbourg-epidemie-de-danse-de-1518-143726


Si vous préférez, voici la version audio dans l'épisode 22 du podcast "Le Bureau des Mystères", un de mes podcasts préféré et surtout grâce auquel j'ai découvert cette fabuleuse histoire :

http://www.rivieraferraille.com/le-bureau-des-mysteres-22-jonbenet-ramsey-le-sac-a-54-mains-the-philadelphia-experiment-lepidemie-dansante/



56 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout