top of page
  • Le Royaume des Moutiks

[ ESCAPE GAME ] Evasion, Libération



Vous connaissez désormais notre amour pour les escape games. Celui que nous allons vous présenter aujourd'hui est un gros gros coup de cœur qui arrive dans notre top des escape games testés de tous les temps !

Il s'agit du génial "Evasion, Libération", le premier volet d'une nouvelle gamme d'escape créé par Francisco Lorenzo, illustré par Jaime Andrés Sanchez et édité chez Matagot. Plongez avec nous au cœur de cette escape room dans l'ambiance de Saw (un de mes films préférés) ! Serez-vous assez malin pour sortir vivant de ce complexe rempli de pièges mortels ?



PRINCIPE DU JEU


"Au milieu du XIXe siècle, la justice a pris un tournant pour le moins désastreux. Désormais, quiconque enfreint la loi doit mériter le droit d'aller en prison. Le Gouvernement Mondial organise ce nouveau système en enfermant les criminels dans des complexes remplis de pièges mortels. S'ils parviennent à s'en sortir sains et saufs, ces criminels gagnent le droit d'aller dans une prison sécurisée et de purger leur peine dans les meilleures conditions."


Le petite boîte de jeu contient :

- Une notice

- 96 cartes : - 1 carte Codes

- 73 cartes Nombres : énigmes, objets, évènements et autres éléments requis pour avancer dans le jeu

- 5 cartes Personnages

- 12 cartes Lettre correspondant aux différentes salles

- 1 carte Résumé

- 4 cartes Stop.



Son niveau de difficulté est évalué à 4/10.


Pour la mise en place, faites deux piles de cartes avec les cartes nombres et les cartes lettres sans en regarder leur contenu. Placez les cartes personnages sur leur côté coloré (le verso noir et blanc correspondant aux blessures et morts), les joueurs jouent tous les personnages. La carte Codes est mise à disposition, de même que la carte Résumé.


L'un des joueurs révèle la carte lettre EV, c'est la salle de départ dans laquelle les personnages se réveillent après avoir été faits prisonniers. Le jeu peut enfin commencer. Soit les joueurs jouent avec un chrono de 90 minutes, soit ils se mettent d'accord pour jouer sans temps imparti.



Sur chaque salle, un panneau nous indique une carte nombre à prendre avant de commencer l'exploration. Cette carte contient des instructions pour surmonter les obstacles de la pièce. Tous les chiffres dans un rond noir correspondent à des cartes Chiffre. Dès que vous en voyez un, vous pouvez prendre la carte correspondante.


Si ce rond noir est associé à une icône personnage rouge, avant de prendre la carte, il va falloir désigner un personnage car ces cartes sont synonymes de danger et si une blessure ou la mort sont derrière la carte, il seront attribué à un personnage désigné au préalable.


Certaines cartes ont une icône poubelle suivie d'un chiffre dans leur coin inférieur gauche. Cela correspond aux cartes que l'on peut retirer du jeu. Cela permet de désencombrer l'aire de jeu et d'y voir plus clair.



Enfin, certains nombres sur les cartes sont entourés d'un rond doré. Ils ne correspondent pas à des cartes Nombres, mais on peut les combiner à d'autres nombres entourés d'un rond doré. Lorsqu'on a une combinaison avec deux nombres (en plaçant le plus petit devant l'autre, ex : 29 et 42 donne 2942), on va voir sur la face A de la carte Codes si on la trouve. Si le code s'y trouve, il va vous indiquer un nouveau nombre à 2 chiffres. Référez-vous à la face B de la carte code et trouvez ce chiffre.


Quatre solutions s'offriront à vous :

- Le code vous donne un nombre de 1 à 3 chiffres, dans ce cas-là, il faut prendre la carte nombre correspondante.

- Vous obtenez ERR : Cela veut dire que votre combinaison n'est d'aucune utilité.

- Vous obtenez BLS : votre personnage reçoit une blessure.

- Vous obtenez MRT : votre personnage meurt.



Au cours du jeu, vous aurez des énigmes à résoudre qui vous donneront soit :

- Un nombre de 1 à 3 chiffres, alors vous pouvez prendre la carte nombre correspondante.

- Un nombre à 4 chiffres, alors il faut se référer à la carte Codes.

- Une lettre, alors il faut prendre la carte Lettre correspondante.


Si votre résultat à l'énigme ne correspond à rien, c'est que vous faites fausse piste. Des chiffres dissimulés dans l'illustration (par exemple un chiffre peint sur un mur) n'est pas un carte à dévoiler.


Dans cet escape, vos personnages risquent d'être blessés voir même tués. Attention donc à vos choix. Lorsqu'un personnage est blessé un fois, sa carte est retournée sur son côté noir et blanc. S'il est blessé une deuxième fois, il meurt. La carte est mise de côté. Elle est toujours consultable mais on ne peut plus la combiner ou l'assigner à une autre carte.



Si vous coincez à un moment du jeu, vous pouvez scanner le flashcode de la carte Nombres qui vous bloque. Chaque carte nombre possède deux flashcodes :

- Celui du haut donne 1 indice.

- Celui du bas donne la solution.


Mais attention, ces aides ne sont pas gratuites et certaines pourront provoquer des blessures voir même votre mort. Cependant, si un indice dévoilé vous révèle une information que vous aviez déjà deviné alors il ne faut pas tenir compte des blessures ou mort éventuelles attribuée par ce scan.



La partie peut prendre fin de trois façons différentes :

- Tous les personnages sont morts : alors c'est un échec cuisant.

- Le temps est écoulé (si vous jouez avec la limite de temps) alors dans ce cas-là, le gouvernement décide de tuer tous vos personnage grâce aux colliers électroniques qu'ils ont au cou.

- Les personnages atteignent la salle finale : alors vous pouvez compter vos point sachant qu'un personnage non blessé rapporte 2 points, un personnage blessé rapporte 1 point et qu'un personnage mort ne rapporte pas de point.


Si votre total de points est de :

- 10 points : "Parfait ! Vous serez capables de faire de grandes choses, une fois réinsérés dans la société ! Enfin, si vous continuez de bien vous comporter".

- 7-9 points : "Pas mal ! Vous avez le potentiel de vous réinsérer dans la société et de faire ce qui vous plaît. C'est à dire des activités non criminelles, on est bien d'accord ?".

- 4-6 points : "Moui... Tout juste assez pour vivre en sécurité pour quelques années."

- 1-3 points : "Sauvés de justesse ! A un poil de cuisse !"

- 0 point : "Sans commentaire. Parce que vous êtes tous morts et que parler à des morts, c'est ... plutôt étrange."



POUR QUI ?


"Evasion Libération" est la première escape room de la série Evasion. Il y en a deux autres à paraître prochainement : Amnésie et Péchés. Le jeu est fait pour 1 à 6 joueurs, à partir de 14 ans, pour des parties de 90 minutes.


Il est disponible au prix de 8,90 euros sur le site Philibert et chez tous vos ludicaires favoris.



LES PETITS PLUS


Nous avons adoré le jeu et n'avons pas vu le temps filer ! Et non pas parce que nous passions un temps fou sur les énigmes, mais parce que le jeu nous a complètement happées et nous étions à fond dedans ! Nous n'aurions pas été contre des salles supplémentaires d'ailleurs. Maintenant, nous n'avons qu'une hâte, découvrir les prochains jeux !


Le jeu est très bien conçu et logique, il n'y a pas de couacs et à aucun moment nous nous sommes demandées comment nous étions arrivées là. Cela m'est déjà arrivé des fois en jouant à Unlock (que j'adore à la folie aussi) où je passais des étapes sans comprendre comment, et où un objet manquait pour avancer, ou même avec la réponse, je ne comprenais pas. Dans "Evasion, Libération", c'est même précisé dans la notice, le jeu a été étudié et réalisé afin que l'on ne se spoile pas en tirant une carte qui n'est pas la bonne.



Nous avons adoré le thème, ce mélange de Saw et de Cube. Résoudre des énigmes pour sauver notre peau, enfin... mériter d'aller en prison, on adore ! Et en plus, le prix est tout petit. Les cartes sont de bonne qualité, les règles fluides et surtout, on retrouve une petite touche d'humour bien plaisante dans cet univers plutôt macabre.


Nous n'avons pas eu beaucoup besoin d'utiliser les indices. La première fois, nous avions une solution à une énigme mais ne trouvions qu'une lettre et ne comprenions pas comment avancer, alors qu'étant donné que c'était le code pour ouvrir une porte et découvrir une nouvelle salle, il nous suffisait de prendre la carte lettre correspondant. Erreur bête de notre part.


Ce que j'adore dans les escape, c'est justement la complémentarité des joueurs. Une énigme qui va paraître compliquée à quelqu'un va être très facile pour un autre joueur. Il n'y a donc personne qui reste en retrait. Bravo encore à ma coéquipière pour les suites logiques ! Je pense que sans elle, j'y serai toujours !



Nous avons beaucoup aimé les combinaisons, notamment l'utilisation du seau. Dès que je l'ai vu, une idée m'est venue en tête et le jeu prévoit que l'on ait cette idée. Cependant, il ne se passe rien à ce moment, puis, on l'utilise encore pour autre chose, et au cours de notre avancée, je me rends compte que ma première idée n'était pas si mauvaise, mais le timing n'était pas bon ! Maintenant, j'allais enfin pouvoir la réaliser et être couronnée de succès !


Certains objets vont vous blesser, alors que si vous les aviez utilisés correctement, vous n'auriez pris aucune blessure. Honte sur nous pour l'utilisation de l'aiguille alors que nous sommes infirmières ! Vous comprendrez en y jouant...



LES PETITS MOINS


Nous aurions bien aimé avoir une petite description sur la carte personnage expliquant quel crime ils avaient commis pour se retrouver dans cette situation.



L'AVIS DES MAMANS MOUTIKS


Vous l'avez sans doute compris : nous avons adoré "Evasion, Libération" et nous attendons les prochain jeux de la gamme avec impatience ! L'univers malsain à la Saw nous a beaucoup plu. Ce n'est pas courant que dans un escape on puisse mourir ou sacrifier nos coéquipiers afin d'avancer dans l'aventure. Chaque situation a une solution qui permet de s'en sortir sans dégât, mais attention à la facilité ! Si on ne pense pas à toutes les éventualités, on parvient effectivement à résoudre l'énigme, mais à nos risques et périls... Ce jeu est vraiment un chouette escape room que l'on vous encourage à découvrir !



- Article non sponsorisé. Copie du jeu reçue gratuitement de la part de Matagot.

128 vues
bottom of page