• Le Royaume des Moutiks

[ JEU DE SOCIÉTÉ ] Avalon

Les jeux de soirée, on adore ça ! Et grâce à notre passion, nos amis proches comptent désormais sur nous pour leur faire découvrir des nouveautés. Ça tombe bien, Matagot a une nouvelle fois pensé à nous avec « Avalon », un jeu qui change des jeux d'ambiance et qui ne manque pas de piment, créé par Don Eskridge et illustré par Weberson Santiago. Décryptage ci-dessous...



PRÉSENTATION DU JEU


« Arthur représente le futur mais parmi ses guerriers se trouvent des partisans de Mordred. Ils sont peu nombreux mais se connaissent l’un l’autre tout en étant cachés des hommes d’Arthur. Seul Merlin connaît les agents du mal, mais il ne doit parler qu’en énigme : si sa vraie identité est connue, tout est perdu ! Les joueurs peuvent être des serviteurs Loyaux d’Arthur qui se battent pour le Bien et l’honneur, ou des laquais de Mordred œuvrant pour le Mal. Discussion, accusation, subterfuge, logique et déduction seront les maîtres mots pour le Bien comme pour le Mal ».


« Avalon » est un jeu d'identités cachées à la manière du célèbre « Loup Garou » où chaque joueur va incarner un personnage issu de l'univers du Roi Arthur. Il s'agit de la seconde édition totalement revue graphiquement du jeu éponyme sorti en 2014.



Tout d'abord, penchons-nous sur le contenu de la boîte :


- 10 cartes personnage (5 vassaux d’Arthur, 3 Sbires de Mordred, Merlin, Assassin)

- 10 cartes Quête (5 succès, 5 échec) qui déterminent le succès ou l’échec de la Quête

- 5 pions Équipe (désignent les membres de l’équipe qui part en quête)

- 20 jetons votes (10 Approuvé / 10 Rejeté) qui servent à approuver ou rejeter l’Équipe

- 5 marqueurs score rouge et bleu

- 1 marqueur scrutin

- 1 marqueur de tour

- 1 jeton couronne (qui détermine qui est le Roi et qui va proposer l’Équipe qui part en quête)

- 3 tableaux de score recto/verso (5, 6, 7, 8, 9, 10 joueurs)

- 10 cartes Aide de jeu

- 7 cartes Allégeance

- 2 cartes Lancelot du Mal et du Bien.


Concernant la mise en place, prenez tout d'abord le plateau correspondant au nombre de joueurs. Placez les jetons score, les pions équipe et les cartes quêtes à côté. Le marqueur de tour est placé sur la première case et le marqueur scrutin est mis à disposition de la carte.



Chaque joueur reçoit ensuite 2 jetons vote et 1 carte aide de jeu et un Roi est choisi au hasard et prend le jeton couronne.



Mélangez ensuite les cartes personnages avec le nombre qu'il faut pour les allégeances du Bien ou du Mal (déterminé en fonction du nombre de joueurs) en y intégrant Merlin et l'Assassin.


Chaque joueur reçoit une carte, la consulte de manière cachée et ne la révèle pas aux autres. Tout le monde ferme ensuite les yeux et le Roi énonce les phrases suivantes :


« Les Sbires ouvrent les yeux et regardent les autres joueurs pour connaître l’identité des autres suppôts du Mal »

« Les Sbires referment les yeux »

« Les Sbires lèvent le pouce »

« Merlin ouvre les yeux pour et regarde qui sont les suppôts du Mal »

« Les sbires referment le poing. Merlin ferme les yeux »

« Tous les joueurs ouvrent le yeux ».


Un tour de jeu se déroule de la manière suivante :



- La composition de l'équipe : Le Roi choisit les joueurs qui composeront l'équipe qui partira pour la première quête et leur donne un pion équipe à chacun. Il peut, s'il le souhaite, s'intégrer lui aussi à la quête. Le nombre d'équipiers dépend du rang de la quête et du nombre de joueurs. Si vous faîtes partie de l'équipe du Bien, vous avez tout intérêt à participer car un seul sbire de Mordred peut faire échouer la quête. Et inversement, si vous faîtes partie de l'équipe du Mal, vous y intégrer peut semer le doute (surtout en cas de bluff).


- Le vote : Chaque joueur peut argumenter si oui ou non il sent que l'équipe fera l'affaire pour la quête. Les sbires de Mordred se connaissant, ils doivent tout de même prendre garde à ne pas se faire démasquer, tout comme Merlin qui lui sait qui ils sont. Après discussion, le Roi demande aux joueurs de voter pour ou contre la constitution de l'équipe. Chacun sélectionne donc le pion de son choix. S'il y a une majorité de pions « approuver », l'équipe part pour la quête. S'il y a une majorité de pions « rejeter », la quête n'aura pas lieu et le marqueur scrutin sera placé sur la case 0. Si ce marqueur atteint la 5ème case, soit 5 oppositions, l'équipe du Bien perd et les sbires remportent la partie.



- La quête : Si l'équipe constituée est approuvée, la quête a donc lieu. Chaque joueur en jeu doit alors décider s'il la soutient ou s'il la sabote. Une paire de cartes quête (succès et échec) est distribuée par le Roi à chaque joueur. Ils choisissent alors secrètement l'une d'elles et les remettent au Roi qui les mélange, puis une autre personne les remélange et on procède à la découverte de celles-ci. Une seule carte échec dans le lot sabote la mission (sauf à partir de 7 joueurs où il en faut au moins 2). Un marqueur bleu et jaune est placé sur la quête en question en cas de succès, et un marqueur rouge en cas d'échec.


- Fin de quête : Le Roi passe la main en remettant le jeton couronne au joueur à sa gauche qui tiendra ce rôle pour la prochaine quête. La partie prend fin lorsque 3 quêtes sont remportées soit par le Bien, soit par le Mal.



Comme vous avez pu le voir, certains personnages ont donc des spécificités :

- Merlin : C’est une source de sagesse dans la lutte contre le Mal. Il ne doit pas se révéler. Il connaît qui sont les forces du mal, mais si l’Assassin découvre qui il est (au bout de 3 quêtes remportée par l'équipe du Bien), il peut révéler son identité au groupe et le Mal l'emporte.

- L’Assassin : La partie étant terminée et remportée par le Bien au bout de 3 quêtes réalisées avec succès, le Mal peut débattre pour démasquer Merlin et l'Assassin entre alors en jeu. S’il s’agit du bon joueur, le Mal l’emporte immédiatement.


Les variantes



- Lancelot :

Elle est recommandé pour un nombre élevé de joueurs. Les auteurs du jeu on joué sur l'ambivalence du personnage pour créer cette variante. On utilise deux cartes personnages Lancelot (une du Mal et une du Bien) à la place de deux autres cartes personnages du Mal et du Bien (sauf Merlin et Assassin). Ils ne se connaissent pas pendant la phase de révélation. Cependant pendant cette phase, Lancelot du Mal sans ouvrir les yeux lève le pouce pour se faire connaître des autres suppôts du Mal.


Il y a alors deux manières de jouer cette variante : Soit Lancelot change d'allégeance au début de la 3ème quête en tirant une des 5 cartes qui précisent ce changement, ou bien le Lancelot du Mal est obligé de jouer une carte échec à chaque quête où on l'envoie.


- Excalibur :

Excalibur donne à un membre de l’équipe la possibilité de modifier l’issue de la quête en changeant la carte de quête jouée par un autre joueur avant le mélange des cartes et la révélation du résultat de celle-ci. Excalibur est assigné par le Roi lors de la phase de composition d’équipe.


Voilà, vous connaissez désormais tout sur « Avalon », alors, qui du Bien ou du Mal l'emportera ?


POUR QUI ?


« Avalon » est un jeu pour 5 à 12 joueurs, à partir de 12 ans, pour des parties d'environs 30 minutes.


Il est disponible chez Philibert au prix de 21,90 euros.


LES PETITS PLUS


Je pense que n'importe qui a déjà joué au « Loup Garou » au moins une fois dans sa vie. La mécanique d'Avalon s'en rapproche beaucoup, à la différence qu'ici, personne n'est éliminé de la partie lorsqu'il est démasqué et que les discussions ne sont pas interminables. Le rôle de maître du jeu est également évincé et le fait que la couronne passe d'un joueur à un autre fait que plusieurs joueurs endossent le rôle du Roi lors d'une partie.



Quel pied de pouvoir manipuler ses adversaires, surtout lorsque vous incarnez un sbire de Mordred. Le bluff fait partie du jeu et c'est tellement jouissif de flouter les pistes de cette manière, à condition évidemment de faire en sorte que le Mal triomphe malgré tout. Idem pour celui ou celle qui incarne Merlin, seul personnage à connaître les suppôts du Mal sans pouvoir dire mot au risque que l'Assassin ne le démasque... Il y a sans cesse des retournements de situation qui rendent le jeu tellement stratégique. Les parties sont également rapides et s'enchaînent donc aisément lors d'une soirée entre amis. D'autant plus que les règles s'expliquent très rapidement et qu'un seul tour de jeu suffit pour mettre les gens dans l'ambiance.



Autre point positif, le thème du jeu en lui-même. La légende du Roi Arthur parle en effet à tout le monde et colle parfaitement à la mécanique du jeu avec son lot de complots, de trahisons et de quêtes pas toujours victorieuses.



Enfin, le design du jeu est tout simplement sublime. Les illustrations ne ressemblent pas à ce que l'on voit d'habitude et chaque carte personnage invite à être contemplée. La dualité entre le rouge orangé du Mal et le vert bleuté du Bien apporte une belle dimension visuelle lors des parties. De plus, et c'est encore un point que l'on ne reprochera jamais à Matagot, le matériel est d'une grande qualité.


LES PETITS MOINS


Les serviteurs d'Arthur ont parfois du mal à triompher du fait de ne rien savoir. Comme les sbires se connaissent, il leur ait plus facile de remporter la partie, à condition de savoir bien bluffer par moment. Sur cinq parties jouées, le Mal l'a remporté à 4 reprises. Mais c'est aussi ce qui fait le difficulté du jeu.


Et peut-être un petit bémol pour les joueurs pas forcément habitué à argumenter. Comme la discussion tient une place importante, les bavards seront servis, mais pas les timides.


L'AVIS DES MAMANS MOUTIKS


« Avalon » a reçu un petit lifting non-négligeable et qui lui a été bénéfique. N'ayant pas connu l'ancienne version, je ne suis pas en mesure de comparer le jeu en lui-même (mais j'ai cru comprendre que la disparition de certains personnages avaient manqué à certains joueurs), en revanche je peux vous dire qu'il est tout simplement beau et bon à jouer. Les jeux d'identités secrètes sont généralement très chouettes et celui-ci ne déroge pas à la règle. Un excellent jeu à sortir en soirée lorsque votre groupe d'amis se prête facilement à la discussion.


Cet article n'est pas sponsorisé - Copie gratuite du jeu reçue de la part de Matagot.

3 vues0 commentaire